samedi 26 septembre 2009

Jacqueline Lussignol


Tu est décédée le 27 juillet 2009. Cette phrase est incongrue, inacceptable. Le choc a été terrible. Et pourtant, ça fait un mois, un mois déjà... Qu'est-ce que ça change dans notre vie ? Le téléphone qui ne retentit plus le dimanche soir vers 19 heures, alors que les enfants sont dans leur bain, des mots habituels, des phrases sempiternelles et des conseils, des petits rituels qui ne résonnent plus...
Des années de vie commune, puis l'éloignement et récemment ces angoisses, ces peurs... Et mes faiblesses à répétition... mon regard qui refuse de voir...
Déjà cinq semaines de silence, d'absence. Nous n'étions pas de ceux qui s'étreignent, qui s'expriment avec démonstration. Je ne pleure pas sur notre sort mais ce manque soudain, affreux , injuste et irrémédiable. Tu n'es plus là... tout le reste de notre vie sans toi !

Je n'existe plus qu'au travers de mes enfants et nos amis - par leur soutien :  un mot, un sourire, une étreinte, une caresse ou simplement une pensée. C'est déjà tellement.

Aucun commentaire: